La France doit entr­er dans une « nou­velle révo­lu­tion de l’alimentation saine, durable et traçable ». Ce sont les mots d’Emmanuel Macron. À l’Élysée, le 12 octo­bre 2021, devant un parterre de quelques 200 chefs d’entreprises et d’étudiants, le prési­dent de la République annonce que sur les 34 mil­liards d’euros du plan « France 2030 », il en con­sacr­era deux à des inno­va­tions dites de « rup­ture » dans l’agriculture. Selon lui, il faut « inve­stir dans trois révo­lu­tions qui vont en quelque sorte être la suite de la révo­lu­tion mécanique et chim­ique qu’on a con­nue : le numérique, la robo­t­ique, la génétique ».

Or, ce plan révo­lu­tion­naire était vis­i­ble­ment déjà en marche. Quelques semaines plus tôt, BFM Busi­ness annonçait l’ouverture d’Hectar, « Le plus grand cam­pus agri­cole du monde », piloté par le mil­liar­daire Xavier Niel, et Audrey Bourol­leau, ex-con­seil­lère de Macron aux ques­tions agricoles.

Instal­lé dans le parc naturel région­al de la Haute Val­lée de Chevreuse dans la com­mune de Lévis-Saint-Nom sur plus de 600 hectares, Hec­tar est à la fois un organ­isme de for­ma­tion privé, une exploita­tion agri­cole, un cen­tre de sémi­naires, une ferme laitière, un espace de co-work­ing et un accéléra­teur de start-up. La cham­bre d’agriculture, la Fédéra­tion Régionale des Syn­di­cats d’Exploitants Agri­coles (FRSEA) et les Jeunes Agricul­teurs d’Île-de-France s’interrogent sur « la final­ité idéologique du pro­jet » et titrent dans un com­mu­niqué de presse du 3 mars 2021: « Avec  “Hec­tar”, on n’a pas tout com­pris! » Curieuse­ment, nous non plus. C’est pourquoi deux petits rats du Chif­fon ont décidé de met­tre leur nez dans cette affaire.

 

Drôles de formations…

Quelles sont exacte­ment les for­ma­tions délivrées par ce « cam­pus » ? Au menu est pro­posé « Agritech IA », un pro­gramme en intel­li­gence arti­fi­cielle pro­posé par l’École 42, ou encore « Boot­camp Get Into Farm­ing1» , for­ma­tion gra­tu­ite de seule­ment cinq semaines dis­pen­sée par Inco à des­ti­na­tion de per­son­nes « éloignées de l’emploi. » Le pro­fil des inter­venants détail­lé sur le site ne sem­ble pas s’adresser à de futurs agricul­teurs : « Formateur.rice en développe­ment per­son­nel, coach en inser­tion pro­fes­sion­nelle, experts métiers agri­coles ». En épluchant le pro­gramme, on tombe sur des for­mules de ce type « Mar­di: Tra­vail en autonomie — groupe: réalis­er un her­bier ». Ce « boot­camp » (dont 100h, sur les 150 annon­cées, cor­re­spon­dent à du tra­vail per­son­nel) a reçu une sub­ven­tion de 200 000€ du Con­seil Région­al d’Île-de-France. La seule for­ma­tion réelle­ment délivrée par Hec­tar et qui béné­fi­cie des fonds de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle porte le sobri­quet de « Hec­tar Trem­plin ». Elle dure 5 semaines dont seule­ment 2 jours sur place (sur 108h, 41h de tra­vail à réalis­er en autonomie) et con­traire­ment à la gra­tu­ité annon­cée dans les médias, celle-ci coûte la mod­ique somme de 2 500 €.

 

Et ce n’est pas tout. En analysant la base de don­nées des organ­ismes de for­ma­tions, nous décou­vrons qu’Hectar fait par­tie des 0.008% étab­lisse­ments qui déclar­ent plus de for­ma­teurs que de sta­giaires, avec 56 for­ma­teurs pour 42 sta­giaires. Pour couron­ner le tout, l’ensemble de ces cur­sus ne délivrent ni diplôme, ni for­ma­tion qual­i­fi­ante. Le cam­pus d’Hectar serait-il une coquille vide ? Si l’objectif annon­cé offi­cielle­ment est d’attirer mas­sive­ment vers la fil­ière en for­mant 2 000 jeunes par an, nous sommes loin du compte.

Hec­tar se serait-il servi de l’étiquette d’école pour implanter son activ­ité prin­ci­pale : l’incubation de start-up ? Le directeur d’Hectar n’est autre que Fran­cis Nappez, le cofon­da­teur de Blablacar, rien d’anecdotique à cela. Appuyé par l’Écoledes Hautes Études Com­mer­ciales (HEC), l’accélérateur d’HEC-tar a déjà incubé 26 start-up et pro­jette d’en accom­pa­g­n­er 80 pour les deux prochaines années. Sur LinkedIn, l’une d’elles présente son activ­ité ain­si : « RGX met l’intelligence arti­fi­cielle au ser­vice des vitic­ul­teurs grâce à des caméras intel­li­gentes embar­quées sur agroéquipement ». Les start-up béné­fi­cient d’un suivi de 18 mois mais le véri­ta­ble intérêt est l’accès au réseau qui s’ouvre à elles.

Des caméras dans les champs : le numérique a horreur du vide

 

Lors d’une vis­ite sur­prise à Hec­tar, nous avons ren­con­tré Karim, élève de l’école 42 qui nous explique qu’ici, il : «Pro­gramme un nou­v­el out­il qui, à l’aide de caméras, offre la pos­si­bil­ité à l’éleveur de détecter à dis­tance des com­porte­ments anor­maux chez les vach­es ». À par­tir de bases de don­nées étab­lis­sant le com­porte­ment stan­dard des vach­es, Karim cherche à créer un algo­rithme d’intelligence arti­fi­cielle capa­ble de repér­er des com­porte­ments « dys­fonc­tion­nels » et d’en alert­er l’éleveur via une appli­ca­tion reliée à son smart­phone. Une mul­ti­pli­ca­tion de caméras qu’il fau­dra bien ali­menter en énergie. Pour cela, Karim planche sur l’installation de pan­neaux pho­to­voltaïques dans les prés.

L’enseignement agricole, une stratégie défaillante de l’État ?

L’émergence d’une « Busi­ness School agri­cole » dans un con­texte de baisse dras­tique des moyens de l’enseignement agri­cole, a soulevé des réac­tions très cri­tiques, notam­ment de la part des syn­di­cats du secteur. « La sit­u­a­tion est telle que pour ouvrir une nou­velle fil­ière dans un étab­lisse­ment, il faut en fer­mer une autre », peut-on lire dans un rap­port du Sénat sur le Pro­jet de loi de finances pour 2021. Dans le cadre dela mis­sion Enseigne­ment agri­cole : l’urgence d’une tran­si­tion agro-poli­tique, la vice-prési­dente du Sénat con­clut, à pro­pos d’Hectar : « Les carences du pilotage stratégique de l’État ont ouvert un espace à d’autres acteurs de for­ma­tion ». La nais­sance d’Hectar relèverait donc de l’articulation entre casse de l’enseignement agri­cole (privé comme pub­lic) et dérégu­la­tion de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle 2. Il serait en effet naïf de penser que la créa­tion d’Hectar est décor­rélée de cette sit­u­a­tion plus que favor­able à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle privée, quand on sait que Bourol­leau a coor­don­né le groupe agri­cul­ture et ali­men­ta­tion de la cam­pagne LREM 2022 et élaboré les ori­en­ta­tions du pro­gramme agri­cole du nou­veau quinquennat.

 

Hectar : le dessous des cartes

Le rap­port du Sénat men­tionne égale­ment que la mis­sion d’information a souhaité audi­tion­ner A. Bourol­leau sur son étab­lisse­ment mais que celle-ci a refusé à plusieurs repris­es de s’exprimer devant les séna­teurs, préférant man­i­feste­ment déploy­er, selon leurs ter­mes, une « com­mu­ni­ca­tion idéal­isée » et « maîtrisée dans cer­tains médias ». Revenons sur les faits : Audrey Bourol­leau a bien con­science que s’insérer dans un con­texte agri­cole fran­cilien sous ten­sion n’est pas une mince opéra­tion. Les ter­res du bassin parisien sont autant fer­tiles que prisées et la Fédéra­tion Nationale des Syn­di­cats d’Exploitants Agri­coles (FNSEA) est un acteur puis­sant qu’il ne faut pas se met­tre à dos. Son pro­fil de femme proche des sphères du pou­voir et des milieux d’affaires n’a rien pour plaire aux agricul­teurs his­toriques. La Société d’Aménagement Fonci­er et d’Établissement Rur­al (Safer) finit pour­tant par lui octroy­er le domaine sous la pres­sion de la maire du vil­lage, Anne Grignon, et de Jean-Noël Bar­rot, député LREM des Yve­lines pro­mu depuis3: « Nous sommes même allés jusqu’à l’Élysée pour attir­er l’attention des plus hautes sphères de l’État sur le sujet ».

Au total, le binôme Niel/Bourolleau a investi 23,5 mil­lions d’euros pour racheter le domaine et lancer Hec­tar. Pour légitimer cet entrisme et s’intégrer au sérail, Bourol­leau doit stratégique­ment se présen­ter comme cheffe d’exploitation ; ce qu’elle ne manque pas de faire avec sa ferme laitière en éco-pâturage : vit­rine verte très présente dans sa com­mu­ni­ca­tion. De son côté, entre Sta­tion F, École 42, Hec­tar et ses liens priv­ilégiés avec HEC, l’homme d’affaire Xavier Niel assoit son empire sur les futures licornes de la « tech » tout en met­tant la main sur les juteuses don­nées de l’agriculture. Son ambi­tion s’était déjà portée sur la dis­tri­b­u­tion en rachetant Gamm Vert et Jardi­land au groupe InVi­vo début 2021 ; Hec­tar per­met à Niel de déploy­er un véri­ta­ble mono­pole dans le secteur de l’alimentation.

Si l’urgence est de répon­dre au départ à la retraite de 160 000 agricul­teurs d’ici 5 à 10 ans, ce qu’Hectar promeut ne sera jamais à la hau­teur de la relève atten­due. Afin de mieux com­pren­dre cette sit­u­a­tion cri­tique, un petit retour sur l’histoire de notre agri­cul­ture s’impose.

 

Histoire d’un « ethnocide paysan

 

La France ne compte plus que 400 000 exploita­tions agri­coles. Nous sommes passés de 70% de la pop­u­la­tion agricole
active totale en 1789 à 1,5% en 2019. La Pre­mière Guerre mon­di­ale ayant fauché une grande par­tie de la force de tra­vail paysanne, les indus­tries de guerre, par effet d’aubaine, se recon­ver­tis­sent dans la pro­duc­tion de machines agri­coles pour pal­li­er le manque de main d’œuvre et pro­duire mas­sive­ment afin de nour­rir en urgence la pop­u­la­tion encore sous rationnement au lende­main du con­flit. En moins de trois ans, la France par- vient à pro­duire suff­isam­ment pour nour­rir sa pop­u­la­tion et pour­suit tout de même l’industrialisation.

En 1950, on passe de 120 000 tracteurs à 950 000 en 1963. Afin de faciliter le tra­vail des machines, les gou­verne­ments suc­ces­sifs imposent le remem­bre­ment des ter­res mal­gré la résis­tance de nom­breux paysans. Les haies et bocages sont abat­tus et l’usage des engrais et pes­ti­cides se répand mas­sive­ment pour soutenir un mod­èle de mono-cul­ture inten­sive. La com­plex­ité des machines agri­coles entraîne une perte de com­pé­tences, de qual­i­fi­ca­tions arti­sanales et de lien sen­si­ble à la terre.

« L’arrivée de la machine conditionne tellement d’aspects du système productif des fermes que son retrait n’est plus même envisageable ».

Si 80% des fer­mes du pays fai­saient moins de 20 hectares en 1960, la moyenne est aujourd’hui de 70 hectares.
Désor­mais, des fonds d’investissement et des grands groupes se retrou­vent à la tête de fer­mes usines de plusieurs mil­liers d’hectares. L’agriculteur est enser­ré dans de mul­ti­ples rela­tions avec les entre- pris­es d’amont et d’aval : semenciers, four­nisseurs d’engrais, dis­trib­u­teurs, etc. L’accès aux marchés devient le prob­lème majeur des agricul­teurs et ne leur reste bien sou­vent que la fonc­tion de pro­duc­tion, dont les marges sont faibles.

Dès lors, on achète des machines à crédit ce qui oblige à pro­duire plus, donc à s’agrandir et s’endetter à nou­veau en achetant des machines plus puis­santes encore. Cette boucle infer­nale con­duit cer­tains agricul­teurs au sui­cide4. L’arrivée de la machine con­di­tionne telle­ment d’aspects du sys­tème pro­duc­tif des fer­mes que son retrait n’est plus même envis­age­able. C’est ce qu’on appelle un ver­rou socio-tech­nique. Là où les hommes dis­parais­sent, la machine s’impose inéluctable­ment ; à moins que ce ne soit la machine qui ne fasse dis­paraître les hommes ? Demain, en struc­turant les fil­ières, la robo­t­ique et l’intelligence arti­fi­cielle se ren­dront à leur tour incontournables.

 

Que la transition écologique soit, et la transition numérique fut

« La tech est claire­ment une alter­na­tive écologique au monde agri­cole d’aujourd’hui », avance Christophe Hillairet,
prési­dent de la Cham­bre d’agriculture de la Région Île-de-France. Mais d’où vient cet engoue­ment pour le numérique à l’endroit de l’écologie ? C’est que le monde poli­tique et financier croit en un pos­si­ble « décou­plage » entre crois­sance économique et con­som­ma­tion de ressources et d’énergies. La « tran­si­tion numérique » est con­sid­érée comme le prin­ci­pal levi­er de cet hypothé­tique décou­plage et donc comme la seule solu­tion au « prob­lème » écologique. En 2021, une note de l’Agence Européenne pour l’Environnement con­clut pour­tant : « À l’échelle mon­di­ale, la crois­sance n’a pas été décou­plée de la con­som­ma­tion de ressources et des pres­sions envi­ron­nemen­tales, et il est très peu prob­a­ble qu’elle le devi­enne5». La note recom­mande même de s’inspirer d’alternatives comme la décrois­sance et, avec un brin de provo­ca­tion, du mod­èle Amish.

 

Pourquoi un tel aveu­gle­ment col­lec­tif ? His­torique­ment, la quan­tifi­ca­tion de l’impact socio-écologique du numérique a été oppor­tuné­ment restreinte6: les effets rebonds7 et la phase de fab­ri­ca­tion des objets (qui néces­site l’extraction d’une très grande diver­sité de matéri­aux) sont peu sou­vent pris en compte. En 2021, dans un rap­port alar­mant, l’as- soci­a­tion Sys­tex com­posée majori­taire­ment d’ingénieurs géo­logues et miniers, con­clut : « L’industrie minière se car­ac­térise par un mod­èle intrin­sèque­ment insouten­able. Dans un con­texte de diminu­tion des teneurs et de raré­fac­tion des gise­ments facile­ment exploita­bles, ce mod­èle sera néces­saire­ment à l’origine d’une aug­men­ta­tion expo­nen­tielle de la con­som­ma­tion d’eau et d’énergie, ain­si que des impacts envi­ron­nemen­taux et sociaux».

Con­crète­ment, la final­ité réelle de la numéri­sa­tion est-elle vrai­ment l’écologisation (proces­sus de prise en compte de l’écologie) dans l’agriculture ? Dans sa thèse, la soci­o­logue Jeanne Oui met en lumière la sub­or­di­na­tion de l’écologisation numérique aux objec­tifs pro­duc­tivistes : « Les nou­velles don­nées ser­vent davan­tage à opti­miser les proces­sus de pro­duc­tion [économique] qu’à garan­tir la pro­tec­tion des écosys­tèmes [biologiques]. » Ce mécan­isme con­ver­tit l’écologisation en oppor­tu­nité com­mer­ciale, ouvrant un nou­veau marché pour les entre­pris­es de ser­vices numériques. Le numérique est finale­ment un relais, sinon LE relais de crois­sance con­tem­po­rain, indis­pens­able au cap­i­tal­isme dans sa course à l’accumulation.

Langue de bois et enfumage

Or, assurée de sou­tiens poli­tiques et médi­a­tiques, la stratégie de séduc­tion de Bourol­leau est de déploy­er une vision entre­pre­neuri­ale en pré­ten­dant sauver l’agriculture française. Hec­tar n’hésite pas à se présen­ter comme un acteur de rup­ture sans pour autant remet­tre en cause le sys­tème agro-indus­triel respon­s­able de 19% des émis­sions français­es de Gaz à effet de serre (GES), et qui fait de la France le 3e con­som­ma­teur mon­di­al de pes­ti­cides. Porté par le cap­i­tal et le gou­verne­ment, ce nou­veau mod­èle agri­cole s’évertue à sup­planter le réc­it agroé­co- logique défendu par une base citoyenne tout en s’appropriant ses élé­ments de langage.

Le soci­o­logue Christo­pher Miles analyse les straté­gies rhé­toriques et dis­cur­sives visant à faire pass­er « l’agriculture de pré­ci­sion » pour une trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire : « Moins qu’une révo­lu­tion, c’est une évo­lu­tion pour con­solid­er et inten­si­fi­er le sys­tème agri­cole con­ven­tion­nel respon­s­able de la plu­part des prob­lèmes soci­aux et envi­ron­nemen­taux que l’agriculture de pré­ci­sion est cen­sée résoudre8».

Sur le site inter­net d’Hectar, on passe de « sémi­naires au vert » à des « ani­ma­tions con­viviales de team-build­ing (sim­u­la­teurs de tracteurs) » dans un mélange d’anglicismes hérités du man­age­ment anglo-sax­on et des bancs d’HEC. Et lorsque Bourol­leau assim­i­le sans com­plexe agri­cul­ture robo­t­ique et agroé­colo­gie, nous ne pou­vons nous empêch­er d’y sen­tir une for­mule éco-blan­chissante (green­wash­ing). Le rap­proche­ment est incon­gru, mais la langue man­agéri­ale a cette capac­ité désar­mante de ren­vers­er le sens des énoncés.

 

De la ferme à la firme

Dans Repren­dre la Terre aux Machines, l’Atelier Paysan alerte sur l’absence actuelle de mou­ve­ment pop­u­laire pour une démoc­ra­tie ali­men­taire. Les alter­na­tives paysannes ne suf­firont pas face à la puis­sance de frappe de l’agro-business dont Hec­tar est la fig­ure de proue dans la région.Comment s’opposer à un monde pro­duc­tiviste lorsque l’imaginaire est d’ores et déjà colonisé par des satel­lites et des drones qui analy­sent nos sols, ou encore par des col­liers numériques con­nec­tés pour vaches ?

Peut-être qu’Aurélien Berlan a rai­son lorsque, dans Terre et Lib­erté9, il analyse que la déf­i­ni­tion occi­den­tale de la lib­erté s’est basée sur la délivrance des néces­sités de la vie quo­ti­di­enne dont la pro­duc­tion de nour­ri­t­ure était le socle. Notre éman­ci­pa­tion s’est reposée et repose encore sur le trans­fert de ces tâch­es à des class­es sociales plus vul­nérables ou à des pro­lé­taires d’autres pays. Croy­ant trou­ver dans les machines une solu­tion à cette dom­i­na­tion sociale, notre fuite en avant tech­nologique nous mène à l’exploitation général­isée du vivant et nous con­duit dans l’impasse.

Au Roja­va ou encore au Chi­a­pas, cette idée d’une société du con­fort est poli­tique­ment com­bat­tue dans des mou­ve­ments con­tem­po­rains qui con­stru­isent leur organ­i­sa­tion post-cap­i­tal­iste sur la sub­sis­tance et donc sur la néces­saire réap­pro­pri­a­tion des com­muns. Nous pour­rions peut-être nous inspir­er de ces mou­ve­ments pour refuser à notre tour l’exploitation des écosys­tèmes humains et non-humains et réaf­firmer col­lec­tive­ment le droit des peu­ples à définir leurs pro­pres poli­tiques alimentaires.

Mar­celle et Pierre Boulanger, jour­nal­iste pour Le Chiffon

Pho­to de Une — Cap­ture d’écran du site inter­net du cam­pus Hectar.
Pho­to 2 —  La start-up anglaise, Mud­dy Machines et sa “col­lecteuse d’asperge”. Cas typ­ique d’in­no­va­tion tech­nologique récente dans le secteur agri­cole. Cap­ture d’écran de leur site internet.
Dessin — Boug.

 

Copyright © 2023 Le Chiffon

Contact : le_chiffon@riseup.net

Le Chiffon a reçu pour l'impression
une aide de la fondation Un Monde par Tous